Portrait en buste de l'un des plus illustres soldats ayant servi la France sous le règne de Louis XV. Non signé, il a été réalisé d'après le célèbre portrait officiel peint par Jean-Etienne Liotard et conservé aujourd'hui au musée historique de la ville de Strasbourg. La pratique de duplication des portraits officiels des grands personnages était fréquente à l'époque dans l'entourage des grands artistes.

Le Maréchal est représenté en habit de dragon, vert à revers et parements rouges. Sa main gauche tient son bâton de Maréchal, sa main droite s'appuie sur son casque. Il porte sur la poitrine, à gauche, l'insigne de Grand-Croix de l'ordre de Saint Louis. Au fond on distingue des cavaliers "turcs" s'enfuyant.

Le cadre doré d'époque est ovale. Il fait 66 cms X 77 cms. En bas du cadre une plaque porte la mention "Le Mal de Saxe". L'oeuvre a été réentoilée, mais le châssis d'origine a été conservé.

L'ensemble est en très bon état et ne présente pas de repeint.

Le Maréchal Maurice de Saxe (1696 - 1750) : fils naturel de Frédérique-Auguste 1er, grand électeur de Saxe, futur roi de Pologne et de la Comtesse Marie-Aurore de Königsmark. Entré à l'âge de 12 ans dans la carrière militaire, il entre au service de la France en 1733 à l'occasion de la guerre de Succession de Pologne, contre son demi-frère Frédéric-Auguste II. Dix ans plus tard, pendant la guerre de Succession d'Autriche, il s'illustre dans la prise de Prague, gagne le titre de maréchal, enfin remporte la victoire décisive de Fontenoy, dans le Hainaut. Le 11 octobre 1746, sa victoire de Rocourt, près de Liège, chasse les Autrichiens des Pays-Bas. De toute sa vie, le maréchal n'aura jamais perdu une bataille et restera fidèle à Louis XV. En récompense des services rendus, il reçoit du roi le château de Chambord, où il s'adonne à une vie de plaisirs au milieu de ses nombreuses maîtresses et où il mourra.

VENDU

Belle maquette, en parfait état, de la mitrailleuse Gatling. Il s'agit d'une réalisation des années 50 utilisant des matériaux nobles correspondant à la fabrication du modèle grandeur : bois, métal, bronze.

La réalisation est extrêmement détaillée. Tout est fonctionnel : réglage de la hausse, repli du siège, roues de l'affut, poignées des coffres à munition, canons multiples rotatifs, etc

Elle dispose encore du "camenbert" amovible de chargement, qui a souvent disparu. Le canon est gravé : Gatling USA 1883. L'affut comporte une plaque de bronze gravée Hartford.Conn

Dimension : L 35 cms, l 25 cms, H 26 cms.

La mitrailleuse Gatling conçue en 1861 par l'inventeur américain Richard Jordan Gatling fut la première mitrailleuse efficace combinant fiabilité, puissance de feu et facilité d'alimentation. Le brevet fut déposé en 1862 pour une arme à plusieurs canons rotatifs, tirant initialement des cartouches en papier, puis des cartouches à étuis en laiton. Fabriquée à Hartford dans le Connecticut, elle commença à servir durant la guerre de sécession, puis dans tous les conflits de la fin du 19ème siècle.

VENDU

Sabre d'officier de hussards de la fin du règne de Louis XVI.

Garde à une branche arrondie joignant la croisière à angle droit. Calotte à longue queue. Les deux pièces sont rainurées, ainsi que la longue barrette. Quillon droit. Poignée gainée de cuir filigranée de doubles torsades opposées formant  chevrons, bordées de fils simples.

Lame courbe blanche à simples pans creux, décorée de motifs floraux et de trophées.

Fourreau rainuré sur toute sa longueur avec encastrement des barrettes bordé de perles. Pas de bracelets de bélières, les pitons sont directement soudés au dos du fourreau. Dard en acier joliment découpé. Léger coup au-dessus du deuxième anneau de bélière. Ce type de fourreau est caractéristique des hussards et de la fin de règne du roi Louis XVI. 

VENDU

Mousqueton de cavalerie à tringle modèle An IX de la manufacture d'armes de Tulle. 

Platine gravée Mre Imple de Tulle, poinçonnée du C étoilé dans un ovale du contrôleur.

Le canon est daté 1812, côté gauche, dans une barrette. Côté droit il est marqué E.F, pour Empire Français. La queue de culasse est gravée Mle An 9 en lettres cursives. 

Toutes les garnitures sont poinçonnées du C étoilé du contrôleur (vraisemblablement J-Baptiste Cazamajou, nommé à Tulle en 1811), y compris le bois  côté joue, où se trouve aussi un entrelac de lettres indéchiffrable.

Le macaron de crosse porte au centre les lettres EF et est daté Sbre (pour septembre) 1812. On devine le C du contrôleur. La marque de l'Inspecteur est effacée. La crosse porte aussi le nom du crossier GEL ?? près de la sous-garde.

Cette arme est en bon état. Les marquages sont homogènes. Le bois conserve son grain et sa patine d'origine. A noter simplement un léger manque de métal à la grenadière.

N.B : ce mousqueton mériterait d'être marié au pistolet Mle An 13 de la même période et de la même manufacture, proposé sur ma galerie.

VENDU

Epée de service à pied des Gardes-du-Corps du Roi, en usage de 1760 à la fin de l'ancien régime.

La garde à la française est entièrement en argent. La poignée est entièrement filigranée. Le pommeau est en forme de boule. La branche de garde est décorée de volutes. Le plateau est bordé des mêmes volutes. Poinçon de titre sur les viroles.

La lame est à section triangulaire. Elle porte les mentions "Compagnie.de.Luxembourg" sur une face, "des.Gardes.du.Corps.du.Roi" sur une autre face. La troisième face est gravée d'un trophée d'armes, des armes de France en médaillon et du soleil rayonnant symbole des Gardes du Corps. Le talon porte une fleur de lys.

L'arme est vendue sans fourreau.

VENDU

Sabre de hussards du Modèle 1777, souvent présenté comme Modèle 1786.

Garde à une branche arrondie joignant la croisière à angle droit, frappée du poinçon K couronné de la manufacture de Klingenthal, en usage à partir de 1783. Quillon droit se terminant en bouton. Calotte très arrondie à longue queue. Oreillon en barrette très allongée. Poignée gainée de cuir sans filigrane.

Lame à forte flèche à un pan creux, gravée côté garde du "hussard chargeant", et côté contre-garde de la fleur de lys.

Large fourreau gainé de cuir cousu sur l'arrête interne, à deux longues garnitures de laiton. Dard en acier. Un reste de cuir de la longe, que les hussards avaient l'habitude de tendre et de torsader entre les deux anneaux de bélière, est encore présent.

Ce sabre est probablement un sabre de sous-officier comme en témoigne l'ajout du "hussard chargeant" et l'épaisseur réduite de la lame, qui explique l'absence de la mention Klingenthal au dos.

VENDU

 

 

Page 9 sur 28